Jeudi 6 avril

« Je ne veux pas savoir quelle ombre gèle au pied des chênes quand la lune est pensive. »

Bernard Noël

 

C’est au pied du mur qu’on voit le réfugié.

 

Il a soixante balais et des poussières.               

 

-Caspar_David_Friedrich_-_Mann_und_Frau_in_Betrachtung_des_Mondes                                                                 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s