Vendredi 7 avril

Ils montent dans le train, tous appareillés des mêmes fils blancs qui pendent de leurs oreilles, auréolés du même grésillement, l’air absent; reliés par ce cordon au ventre d’une musique utérine. Ils tètent parfois un soda, les yeux rivés sur leur hochet bleuté, nourrissons éternels à jamais orphelins du maternel.

 

Quand le chas n’est pas là, le chameau ne sait où passer.

 

« Un jour, dans un wagon, en regardant le voyageur assis en face de moi, j’eus la révélation que tout homme en vaut un autre. »

Jean Genet, « Ce qui est resté d’un Rembrandt déchiré en petits carrés bien réguliers et foutu aux chiottes. »

Les éditions du chemin de fer.

 

800px-Rembrandt_van_rijn-self_portrait

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s