Mercredi 26 avril

Inscrire dans le corps, sur la peau, une phrase définitive est un acte de plus en plus courant. Il s’apparente à une épitaphe.

 

Les voitures deviennent d’infernales boîtes musicales. Envie de les retourner pour voir si le rap qui s’en échappe se transforme en un MEUH long et apaisant.

 

« Ce soir la mort pose son mufle chaud sur mon épaule comme une bonne compagne pas trop dérangeante pour le moment. »

Jacques Bertin

 

Motherwell elegy to the spanish republic 1961

2 réflexions sur “Avril

  1. Bonjour. Je découvre votre blog – je suis d’ailleurs heureux de faire cette découverte au début de ce blog – j’ai ainsi pu le lire depuis le début. Et cette lecture m’a enchanté d’un bout à l’autre : vos aphorismes, vos pensées, vos fragments, vos micro-nouvelles, le choix de vos citations ( celui des illustrations ).
    En résumé, j’aime le style de ce blog. Bravo.
    Je reviendrai régulièrement.
    Patrick.

    J'aime

    1. Bonjour
      Je suis content que ce blog vous intéresse, d’autant plus que vous êtes un de mes très rare lecteur et le premier à laisser un commentaire.
      Me voilà encouragé à poursuivre cet exercice quotidien.
      Cordialement,
      Jean-Pierre

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s