Lundi 1er mai

« Les mots vous lâchent, il est des moments où même eux vous lâchent. »

Samuel Beckett

 

La coxo-fémorale vous dis-je. C’est là que ça joue moins bien, que la hanche grince. La fausse note me guette jusque dans la fosse iliaque.

 

Tout dans l’apparence, la gestuelle codée, la logorrhée. Pour les trouver, les rencontrer, il faut s’armer d’une machette puis se frayer un chemin dans cette jungle de superficialité. Parfois on tombe sur une clairière et un sujet enfin.

 

lucio-fontana_k0298.1239337616

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s