Samedi 13 mai

« Une poitrine pour y pleurer, mais une poitrine immense, sans forme, dessinant un espace aussi vaste qu’une nuit d’été, et pourtant toute proche, chaude, féminine, auprés de quelque foyer… Pouvoir y pleurer des choses impensables, des échecs dont je ne connais pas bien la nature, des tendresses pour des choses inexistantes, et de grands frissons d’anxiété devant je ne sais quel avenir. »

Fernando Pessoa

 

Blanc: examen blanc, balle à blanc, mariage blanc, manteau blanc, page blanche. Le blanc n’a rien d’innocent. Il peut noircir à tout moment.

Le blanc est la couleur de l’attente.

 

Le vent froid de la nuit le réveilla, la fenêtre ouverte laissa entrer une ombre terrifiante qui lui ressemblait. Quand elle fut sur lui, il hurla et elle devint le visage de sa mère qui se penchait sur lui, enfant.

 

campin 1435

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s