Dimanche 21 mai

« L’aube! Le soleil! La lumière! Ha! Les lents jours d’azur pour sa tête, ses flancs, et les petits sentiers pour ses pieds, toute cette clarté à tâter et à prendre. »

Samuel Beckett

 

Tous les amputés nous renvoient à la question de la complétude, de la perte et du statut de notre corps. Si je peux perdre mes quatre membres et être encore moi, qu’en est-il de ces morceaux? Que deviennent-ils une fois séparés du corps? Des abattis à numéroter avant leur dispersion ou une avant-garde du cadavre à venir?

Et pourtant, une simple rotule retrouvée dans une tombe évoque aussitôt l’être humain complet à qui elle appartenait.

 

Le jour montait vers lui si vite qu’il fut bientôt plongé dans la lumière de midi. le temps de gagner l’océan et l’orage creva, le laissant seul sur la jetée, avec dans la bouche une langue iodée et amère.

 

portrait d elizabeth Powis montrant amputation de sa jambe , Leonard

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s