Vendredi 2 juin

« Je donnerai une partie de ma vie pour savoir quelle était la pression barométrique moyenne au Paradis »

Lichtenberg

 

Souvent, le silence, celui de l’attente, du désert, de la campagne autour mais aussi la plainte, les cris. Silence, on tombe.

La chute, pas seulement celle des corps mais aussi celle des paupières, des dos, des peaux transparentes. Celle, manquante, de la phrase jamais terminée parce que le mot manque.

L’oubli, le mot qui fait défaut, puis la phrase et des pans entiers du langage s’écroulent sans fracas. Restent les ruines du discours et, au milieu, préservés, l’humour, la fulgurance d’une réplique, un sursaut, un sourire, les dernières preuves de leur passage sur terre.

 

Ce monde n’est qu’amour bien sûr, et ce geste des mains et des doigts réunis pour former un cœur improbable, surgit à tout propos: un but marqué, une chansonnette poussée, un passage télévisé, un selfie raté ou un infarctus déclaré…

 

Edouard Pignon-ouvrier-mort-1936

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s