Jeudi 8 juin

Je me souviens des couleuvres écrasées sur les routes brûlantes de l’été.

 

Des mares, des étangs tout au long du trajet. On pourrait ricocher de flaque en flaque plutôt que de glisser sur des rails surchauffés.

 

Le paratonnerre a toutes les raisons de croire au coup de foudre.

 

De staël 1953 Agrigente

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s