Jeudi 29 juin

« La philosophie offre à l’homme un asile dans lequel aucune tyrannie ne peut entrer, la caverne de l’intimité, le labyrinthe de la poitrine: ce qui rend les tyrans furieux. »

Nietzche

 

On devrait pouvoir tourner la tête à 360 degrés et ainsi surveiller ses arrières, se regarder marcher, être sur ses propres talons et avancer confiant vers un avenir d’autant moins inquiétant qu’on ne le verrait que par intermittence.

 

La nuit n’est plus sombre, elle est apprivoisée, éclairée, elle a perdu tout mystère. On ne peut plus s’y fondre, se réfugier dans ce noir qui faisait disparaître nos pieds, le bout de notre nez jusqu’à douter de notre existence. Seuls nos rires nerveux nous rassuraient et la lueur des feux d’une voiture lointaine devenait le phare qui nous évitait de sombrer dans cette encre envoûtante.

 

 

Soulages triptyque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s