Vendredi 7 juillet

« Il est profondément injuste qu’un homme puisse naître et mourir sans qu’on ait parlé de lui. »

Roland Barthes

 

Avec l’âge, le monde finit par s’effriter, se brouiller, se flouter, fatigué de nous apparaître toujours le même. Ce n’est pas que nous voyons moins bien, c’est le décor qui se fane.

 

Les montres sont de plus en plus grosses, énormes, on dirait des assiettes posées sur les poignets avec les aiguilles comme couverts. Mais personne à servir, non, c’est de la monstration, de la vitrine d’horloger: voyez, j’ai toutes les minutes à moi, le temps doit passer par moi, je suis le maître des heures, d’ailleurs, je leur ai mis les bracelets.

 

 

Gasiorowski Gérard Ida 1983 fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s