Mardi 18 juillet

Les publicités ne nous épargnent rien de la vie intérieure de nos contemporains. Vie riche en guerres intestinales, en fuites, débâcles et autres mictions trop possibles. Il est vrai que la panse et ses dépendances sont plus à la mode que la pensée.

 

Seuls les vieux TER aux vitres ouvrables, avec leurs manivelles hors d’âge, permettent de sentir l’odeur de moisi frais des tunnels les jours de canicule.

 

Elle avait inscrit son numéro de portable sur le front de cet inconnu et s’était enfuie dans la nuit. Il restait là, seul, sans miroir, tête nue sous la pluie qui commençait à tomber drue. lorsque les gouttes coulèrent sur ses joues, il y passa la main: c’était de l’encre violette.

 

Hiroshige Le pont Ohashi et Atake

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s