Lundi 28 août

« Mais si aprés la mort, nous ne devons plus exister, pourquoi vois-je, la plupart des nuits, chaque tombe s’ouvrir, et leurs habitants, soulever doucement les couvercles de plomb, pour aller respirer l’air frais.

Lautréamont

 

Retrouvé le geste de faire exploser les balsamines, une légère pression entre le pouce et l’index, la gousse éclate en libérant quatre ou cinq graines noires. Sensation suffisamment agréable pour la renouveler, déception de mal juger et d’appuyer en vain sur le sac qui paraissait prêt à lâcher son contenu.

 

Les clones sont déjà là, le débat éthique n’a plus lieu d’être. Il suffit de regarder autour de soi, ils passent dans les rues: mêmes démarches, mêmes vêtements, même coiffure. Ils parlent: même accent, même vocabulaire, mêmes gestes. Ils mangent? même menu. vont-ils au cinéma? même film bien sûr tout en écoutant la même musique.

Et les mêmes slogans publicitaires leur diront qu’ils sont uniques…

 

Baselitz bons_amis

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s