Mardi 26 septembre

« Il faut imaginer Sisyphe heureux » la phrase de Camus fait écho à celle de Beckett: 

« L’espoir qui est la disposition infernale par excellence, contrairement à ce qu’on a pu croire jusqu’à nos jours. Tandis que se voir récidiver sans fin, cela vous remplit d’aise. »

 

Les idées exceptionnellement claires ce matin, tout lui semble évident, facile. La journée s’annonce légère et sans obstacles.

Seul, le brouillard épais à travers les vitres de la voiture l’inquiète, il ne sait pas où il est ni où il va.

 

Les casques qui désormais les coiffent sont des morceaux de coquille restés collés sur leurs oreilles.

A peine sortis de l’oeuf, ils se protègent encore du monde.

 

Turner (2)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s