« La mélancolie se léve chaque matin une minute avant moi. Elle est comme quelqu’un qui me fait de l’ombre, debout entre le jour et moi. Je dois pour m’éveiller la repousser sans ménagement. »

Christian Bobin

 

Il tend la main de son bras valide. L’autre bras, coupé à hauteur du coude lui fait la manche pendante; quand le feu passe au vert, il l’agite en direction des conducteurs pour les maudire ou les remercier.

 

Le soleil essaie de me réchauffer sur mon banc de lecture, mais à chaque tentative un nuage gris ou blanc s’interpose. s’il ne réagit pas fermement, je vais devoir rentrer.

 

norvege-soleil-munch

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s