Samedi 28 octobre

Livre de la semaine

plain-chant

pleine page

Jacques Bertin

Arléa-velen

Elle portait son visage comme dans les deux mains tendus l’eau des sources

Je connais le contour des hanches et le cheminement de l’étoffe

Venez le soir venez très tard

Dans cette cave où j’entends vos démarches comme un vin lent et je m’enivre

De vous attendre comme d’un vin noir d’une future année

Mon vieil ami tu ne peux savoir ma tristesse

Moi qui ne vis que des femmes et ne parle que pour elles

 

plain

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s