Lundi 6 novembre

« Les hommes n’ayant pu guérir la mort, la misère, l’ignorance, se sont avisés pour se rendre heureux de n’y point penser. »

Pascal

 

Les nuits de novembre tombent sournoisement et enveloppent d’un noir glacial notre environnement familier. Nous sommes alors renvoyés aux peurs de notre enfance et à celles de l’aube de l’humanité avec cette terrifiante question: et si la lumière du soleil nous avait abandonnés? 

 

L’avion aurait dû se poser sur ces nuages si denses, si blancs, nous laisser là dans la ouate, rêver et dormir. Oublier l’atterrissage, le plancher vache, rester au-dessus du trop de réalité qui attend.

 

Magritte

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s