Mardi 7 novembre

« Car quelle fin à ces solitudes où la vraie clarté ne fut jamais, ni l’aplomb, ni la simple assise, mais toujours ces choses penchées glissant dans un éboulement sans fin, sous un ciel sans mémoire de matin ni espoir de soir. »

Samuel Beckett

 

Les japonais désignent la femme aimée ainsi: « Mekake » qui signifie littéralement « Suspendue, accrochée aux yeux. » Me kakeru.

 

« Je m’appelle toujours madame Haulain? » demande madame Haulain. Oui, c’est toujours et encore vous, madame Haulain. La voilà rassurée quant à sa permanence et son identité certes, mais n’y a-t-il pas aussi de la lassitude dans cette question?

 

Utamaro fuku_onna

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s