Vendredi 17 novembre

« Je commence à douter de la justice de mon pays. »

Henri-Désiré Landru, lettre à Jean-Baptiste Botul, in « Landru précurseur du féminisme. »

Cité par Charles Dantzig (Encyclopédie capricieuse du tout et du rien)

 

On ne sait jamais rien d’autrui, ses pensées nous sont toujours fermées, ses regards ne reflètent pas son âme, son sourire flotte comme son attention à notre égard, vouloir déchiffrer ses gestes est pure chimère; restent ses paroles et leurs sens multiples pour poursuivre une découverte impossible.

 

Les branches alourdies par la pluie fouettent les vitres du train comme pour le faire aller plus vite. C’est sans effet sur ce tortillard.

 

jeannedarc_bucher_pantheon_

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s