Mardi 21 novembre

« Ne demande jamais ton chemin à celui qui le connaît. Tu risquerais de ne pas t’égarer. »

Rabbi Nahman de Bratslav

 

Ma mère disait que nous étions des « gens des brouillards ». Le train traverse le bourg où elle vit le jour (malgré la brume) et une purée de pois qui dissimule presque entièrement la gare lui donne raison.

 

On dit que certains, dont je fais partie, tueraient père et mère pour un jeu de mots. C’est parce que ce sont eux qui nous en donnent le goût, leur mort ne fais qu’entériner ce plaisir du verbe. Ce qui reste d’eux, c’est le langage, ce sont leurs paroles et singulièrement, ces jeux avec les mots. Ces jeux m’ont appris très tôt que parler ne sert pas à communiquer mais à exister.

 

the-houses-of-parliament-london-claude-monet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s