Mercredi 6 décembre

La transparence nous fera disparaître. Le regard se perd déjà face à certaines personnes constituées de vides superposés, soigneusement rangés. Une pensée squelettique les habite, leurs crânes est déserté et quelques mots résonnent encore dans leurs poitrines creuses comme un écho du temps où le langage les densifiait.

 

Au loin, deux petits vieux sur un banc. Je me rapproche, non, deux ados recroquevillés autour de leurs écrans. L’impression visuelle est la même.

 

Jean d’Ormesson, l’idole des jeunes, est mort.

 

Vuillard femmes assises sur bancs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s