Vendredi 9 février

Un sourire sur son visage.

Le vert des prés barrés de haies sombres, les arbres nus seulement vêtus de boules de gui. Les chemins creux aux flaques lumineuses, les rigoles serpentant dans les combes. L’odeur de la terre gorgée d’eau, Le ciel gris et bas lourd de neige, les pointillés des taupinières brunes, les ruisseaux blancs lissant les pierres noires. l’ocre des chemins creux couverts de feuilles rousses et les clôtures aux piquets de châtaigniers décolorés par le temps.

Il est chez lui.

 

david-hockney bigger-picture39

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s