Lundi 26 février

Vous garderez mon souvenir comme un reste de neige aux branches

Quelque part dans une banlieue de ville de province le matin

J’emporterai ma part de l’aube et qu’ai-je fait d’autre jamais que vous tenir la main?

Jacques Bertin

 

« Neige », le roman de Maxime Fermine a fondu dans mes mains. Neige collante et lourde, gorgée de poésie japoniaises et de clichés fujimayesques. Le contraire d’un haïku.

 

C’est une très belle soirée que nous souhaite le journaliste télé. Moi qui me préparais à passer une simple bonne soirée, me voilà décontenancé et déjà un peu déçu par ce qui m’attends.

 

L_aurore-fragonard

L’aurore, Fragonard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s