Lundi 9 avril

« Je sens parfois, m’éveillant dans la nuit, des mains invisibles qui tissent ma destinée. »

Fernando Pessoa

 

Des nouvelles de la rivière, la pluie cesse peu à peu, elle retourne dans son lit pour des sommeils encore agités, attendant l’orage d’été qui la réveillera. Elle emportera alors le vieux pont qui la regarde passer, sûr de sa force et de ses piles de pierre. Elle rêve de ce jour  où elle arrachera ses arches pour un voyage de rage et rejoindra le fleuve tranquille.

 

Otto Dix

Otto Dix, portrait de l’avocat Hugo Simons

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s