Jeudi 19 avril

« La mort ne m’aura pas vivant. »

Jean Cocteau

 

Elles sont face à face sur leur fauteuil roulant à chaque bout des barres parallèles inoccupées, attendant le kinésithérapeute, comme deux presse-livres inutiles.

 

Homme tronc avec deux branches et monté sur roulettes, on dirait qu’il se transplante chaque fois qu’il se déplace en actionnant son fauteuil électrique.

 

 

OttoDix-la rue de prague

Otto Dix, la rue de Prague

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s