Vendredi 1er juin

Le bandeau de l’époque sur les yeux, nous ne savons dessiner que les carcasses de maisons.

Au fond de l’aube, les racines du cœur.

L’épuisement
Le silence
La légèreté

La lumière emmêlée
La cellophane du matin s’enroule sur elle-même
Les bribes des mots se rétractent dans les touffes d’herbe
Le sentier conduit vers l’enfance des ombres.

Annie Le Brun

 

Parler, tenter, essayer toujours de cerner un peu de sens, ça tiendra quelque temps. Ça ne sert à rien mais que faire d’autre? C’est ce rien qu’il faut interroger en vain, ce rien qui fait lien entre nos vides, entre nos pensées.

 

Pas d’autre issue que tenter de penser ce qui ne peut l’être et le donner en pâture aux autres penseurs.

 

Hockney

David Hockney, Landscape Tunnel 2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s