Lundi 2 juillet

Je voudrais

Une fête étrange et très calme

Avec des musiciens silencieux et doux

Ce serait

Par un soir d’automne un dimanche

Un manège très lent, une fine musique

Jacques Bertin

 

Vu du train, le même paysage d’été, les rails brillants, le ciel blanc de chaleur, les fleurs des gares, les villages immobiles et contre la vitre, devant moi, une épaule dorée barrée d’une bretelle noire.

 

Le train glisse entre les fougères comme j’erre entre les fous.

 

 

c0aab7216fbe39bbd883002ba72cfac3

Léger Fernand, Trois musiciens

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s