Jeudi 12 juillet

« Ce qui distingue la poésie de la parole machinale, c’est que la poésie justement nous réveille, nous secoue en plein milieu du mot. »

Ossip Mandelstam

 

Elle retrouve son lit défait, ses rives en pointillés, puis, canalisée, domptée, apprivoisée, elle se contente de suivre son cours. Elle redevient studieuse, sérieuse, suivant sagement les méandres doux et calmes. C’est là qu’est sa place, que le regard s’apaise en la voyant courir sans hâte entre les arbres protecteurs. Elle sait que le fleuve l’attend, qu’elle se jettera sereinement dans ses bras liquides.

 

 

Alfred_Sisley_-_Saint-Mammès_le_matin_(1881)

Sisley, Saint-Mammès le matin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s