Mardi 19 mars

« Le point de départ de ma philosophie est la conscience du tragique de l’existence  : tout est promis à disparaître, la mort nous entoure et nous sommes menacés par notre propre inconsistance.
Or on refuse le tragique et la mort. Et ce refus du tragique, donc de la réalité, se paie très cher.
À l’inverse, la capacité d’admettre la part tragique du réel est pour moi la pierre de touche de la santé morale et de l’allégresse.
Il faut apprendre à vivre avec le tragique. « 
Clément Rosset

 

Je ne crois plus qu’aux paysages vides de ma tristesse éteinte et le jour qui vient n’éveillera en moi que le désert sans fin d’un rêve oublié.

Phrase un peu pompeuse et creuse, mais j’aime bien sa musique d’un autre temps. Le sens d’une phrase doit-il l’emporter sur sa mélodie ?

 

gerhard-richter.-corse-bateau-1968-
Gerhard Richter. Corse, bateau (1968)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s