Lundi 30 septembre

Je ne suis amoureux de rien

Je traverse la vie comme la rue sans regarder

Tu es venue je ne t’ai jamais prise par la main

Nous savons que tout est mensonge nous avons

Des tâches d’encre dans les mains

A chaque fois le jour se lève nous suivons les rails

Il n’y a pas de traîne pas de voile de mariée même la brume dans les branches

Le jour n’en finit pas de se lever

Jacques Bertin

 

Des yeux attendent, avides et patients à la fois. Ils ne cillent pas, n’espèrent rien, ils sont simplement ouverts à un autre regard. Un regard en absence, la mère des yeux ronds est ravie par son portable

Soudain, un galop sec et léger de feuilles mortes derrière moi. L’automne me poursuit mais ne me rattrape pas, pas encore…

 

Millais_-_Herbstblätter
John Everett Millais, Autumn Leaves

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s