Samedi 21 décembre

De ma peau à mes os s’étend parfois une distance désertique.
Alors, l’écorché regarde son squelette et dit: qui est-ce?

Bernard Noël

 

Le sommeil nous emporte loin tout de même et pour des voyages ahurissants. Nous sommes bien naïfs de nous abandonner ainsi tous les soirs persuadés que le matin nous trouvera semblables et à la même place.
Fermer les yeux n’est pas se couper du monde mais en découvrir un autre, celui qui est derrière les paupières, celui des images mentales et des rêves. Le monde perdu de l’intériorité.

 

1280px-Henri_Rousseau_-_La_zingara_addormentata
Henri Rousseau, La bohémienne endormie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s