Samedi 15 février

Douze jours de bonace, pas un souffle d’inspiration, rien.
Douze jours en apnée, en panne, l’Éole buissonnier.
L’air de rien, le vent va où il veut. Pourtant, le piège est facile: une voile sinon un mouchoir hissé , des cheveux sinon une narine inspirée, une écharpe sinon une oreille flottante.
Rien de tout cela douze jours durant et puis, un frémissement de la plume.
Levons l’encre…

 

HDA_TOSO_Jeff_WALL
Jeff Wall, A Sudden Gust of Wind (after Hokusai), 1993

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s