Dimanche 16 février

Nous portons des bagages qui ne nous appartiennent pas.
Simple valises, baluchons légers ou malles imposantes ; des colis piégés aussi ou seulement suspects… bagages généreusement légués par nos ascendants qui eux mêmes les tenaient de leurs parents, enrichis de poids supplémentaires, parfois ouverts sur le linge sale des familles ;
linge, dans le meilleur des cas, passé au pressing de la confidence ou lavé d’une parole blanchissante.
Nous les portons sur nos épaules, dans notre ventre, au creux de la tête. Le dos connaît leurs formes, leurs dureté, leurs étonnantes capacités à s’alléger ou à s’alourdir en fonction des lieux et des personnes croisées…Les genoux connaissent leurs ballants ; les mains, le cisaillement des poignées ; les bras, cette tension constante ; le cœur, ce battement dans les escaliers…
Ils contiennent des souvenirs vécus par d’autres, des paroles prononcées dans d’autres vies, des mots définitifs sorties de bouches familières maintenant ouvertes sur les pissenlits.
Des silences pesants remplissent leurs recoins, mêlés à des images troubles, à des visions obscènes et à des joies indicibles.
Nous le supposons mais n’avons pas les clés de leurs serrures pour vérifier ces intuitions tremblantes.
Certains consultent des serruriers savants et plongent des mains tremblantes dans ces sacs fantômes avec des peurs infantiles et des cris de surprise déçus…
Il existe aussi des consignes payantes où les bras se déchargent de ce lest vital et mortifère.
Nous portons des bagages inutiles pour des lieux invisibles.
Leur abandon sur un quai de gare est une solution envisageable à condition d’accepter leur explosion, leur dispersion de passé décomposé et la vue de ces bouts d’histoires éclatées qu’aucun descendant ne pourra dés lors reconstituer.
Ensuite, il reste à écrire sa propre histoire…
J’entends la mer au creux de mes oreilles
Je creuse mes reins à la recherche de la force de mon père
Je monte sur mes épaules pour apercevoir la fin.

 

34616914106_78c366f8e9_b
Gustave Courbet, Scènes de rue, Personnages, Valises, Sacs et Paquets

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s