Vendredi 10 avril

« L’oeil existe à l’état sauvage. »

André Breton

 

Les rideaux devant les fenêtres de printemps gonflent à la moindre brise
Se donnent des airs de voilier en haute mer
Les regarder vous donnent à peu de frais le teint buriné d’un skipper solitaire

 

Adolph Von Menzel, la chambre au balcon, Berlin, 1845
Adolph Von Menzel, La chambre au balcon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s