Samedi 16 mai

« J’étais très embarrassé: je devais partir pour un déplacement urgent. Une personne gravement malade m’attendait dans un village éloigné de dix lieues; une forte tempête de neige emplissait l’espace qui me séparait de lui.
J’avais une voiture, légère, à grandes roues, exactement ce qu’il faut pour nos routes de campagne. Bien emmitouflé dans ma fourrure, ma sacoche d’instruments dans la main, j’attendais déjà dans la cour, prêt à partir.
Mais il manquait le cheval, le cheval. »

Franz Kafka
Un médecin de campagne

2 réflexions sur “

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s