Vendredi 21 août

‘’Notre communauté aurait implosé depuis longtemps à force de haines, de dissensions, d’incompatibilités et de rancœurs s’il n’y avait encore, pour la souder et resserrer nos liens, épidémies et pandémies. Il est évidemment très mal considéré de garder sa maladie pour soi. Il convient plutôt d’en faire profiter les autres, de propager le virus et, si par infortune elle n’est pas contagieuse, de ne pas rester non plus chez soi, grelottant et branlant du manche comme un jouisseur égoïste, mais de sortir au moins montrer l’exemple et se répandre dans la rue afin que le piège maigre de notre squelette happe les chairs florissantes des biens portants et se referme sur elles.’’
Eric Chevillard, Choir, 2010

4 réflexions sur “

  1. ‘Jourd’hui notre fièvre nous porte
    petits pantins pantelants
    toute fièrote nous promène
    trophées tous transis tressottant
    sires de cire, de sotte sorte
    joujoux guère amusant
    entre le parc et la porte
    qu’elle nous ramène et nous rapporte
    à perdre haleine
    à dieu ou diable à corne torte
    pauvres petits gueux grelottant
    amen.

    (bon, je me suis un peu égaré, j’étais parti pour écrire tout autre chose)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s