Samedi 26 septembre

Il dit qu’il n’y est pour rien
Un souffle a renversé le berceau
C’est sa version des fées

Un bras, un pan de robe blanche
Des morceaux de fantômes glissent sur la voie ferrée
le reflet de la passagère dans la vitre du train

Paul Delvaux, L’Age de fer, 1951

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s