Mercredi 7 octobre

« Je sens parfois, m’éveillant dans la nuit, des mains invisibles qui tissent ma destinée. »
Fernando Pessoa

Sa sortie de prison fut difficile, la nostalgie de sa cellule était trop forte.
Il emporta les barreaux et il se déplace désormais derrière eux, les portant devant lui.
C’est sa grille de lecture du monde.

Gustave Courbet, Portrait de l’artiste à Sainte-Pélagie

2 réflexions sur “

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s