Jeudi 8 octobre

« D’ailleurs, c’est toujours les autres qui meurent. »
Marcel Duchamp – Epitaphe

Le somnambule bailla et se décrocha la mâchoire qui tomba à ses pieds, il marcha dessus par mégarde et le craquement du maxillaire le réveilla en sursaut.
Ses dents avaient cruellement mordu le pied nu mais il ne put articuler un seul cri, un trou béant ornait maintenant le bas de son visage…
Il prit son pied sanguinolent entre ses mains et ses jambes à son cou mais le sommeil le rattrapa et l’abattit d’un coup sec sur la nuque, les vertèbres cervicales volèrent en éclats.
Il n’eut que le temps de se souvenir des derniers mots entendus, d’une banalité affligeante: « Passe une bonne nuit… »

Ferdinand Hodler, La Nuit, 1889/90

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s