Samedi 30 octobre

Et, du coup, j’ai mis le masque sous le menton…

« Du coup », nouveau tic de langage à grand succès qui me fait craindre à chaque fois le torticolis.
Et, du coup, j’ai oublié de parler de la girafe, qui pour le cou et, bien que muette, sait de quoi elle cause.
Et du lapin, qui, du coup, a toujours mal à la nuque.

Parmigianino, La vierge au long cou, 1534-1535

5 réflexions sur “

  1. Ne jamais oublier de parler de la girafe ; surtout aujourd’hui, où il apparait que le pangolin n’est pour rien dans nos soucis. Du cou, que le quidam masque (ou pas) à cette innocentation d’un coupable tout trouvé, le pangolin en sort tête haute. Et du même coup du même (on me passera cette redondance allitérative en forme de refrain) sortir tête haute, la girafe connait ça.
    et la boucle est bouclée.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s