Mardi 17 novembre

Lire demande un effort qui parfois n’est pas disponible, alors le livre glisse des mains ou les paupières tombent. Toutes ces phrases deviennent un mur infranchissable où l’on cherche en vain une porte d’accès. Les mots se refusent à livrer leur sens, il n’y a plus qu’à battre en retraite, accompagné par le clap de fin du livre qui se referme.

Anouk Kruithof, 2008

2 réflexions sur “

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s