Lundi 7 décembre

Le train fonce dans une nuit liquide et opaque.
Des lueurs d’abysses défilent, floutées par les gouttes qui pleurent le long des hublots.
Je guette l’aube dans cet encre de début du monde.
Les lumières blanches des gares sont la seule réponse à mon attente.
Il est des jours qui refusent de se lever.

Virtue John, Landscape 715

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s