Mardi 15 décembre

Mille-pattes

Un ou deux doigts s’affairent, tous pour les polydactyles, ballet curieux sonore sur les touches, deux araignées tissent une toile sur le web, leurs pattes frénétiques produisent du sens, le fil du discours, fil noir qui défile sur l’écran, revient à la ligne, animé d’une vie propre noir blanc noir blanc, provoque une lecture.
La main du stylo crayon feutre plume est entière, pouce index majeur, rassemblés autour du petit cylindre de plastique chargé d’encre et le mouvement des doigts circulaire régulier produisant cette bave noire sur la feuille, ces chiures de mouche savante, araignée mouche escargot, nous voilà dans l’écriture, affaire de pattes, de pieds, de traces, de productions organiques avant tout, puis la lecture, le sens, ce qui échappe aux pattes de l’écrivaillon laborieux, de la fourmi égaré sur la neige des écrans.

Henri Michaux,
Narration (détail), dessin à plume, 1927

Une réflexion sur “

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s