Mercredi 16 décembre

De ma peau à mes os s’étend parfois une distance désertique.
Alors, l’écorché regarde son squelette et dit: qui est-ce?

Bernard Noël

Inscrire dans le corps, sur la peau, une phrase définitive est un acte de plus en plus courant.
Il s’apparente à une épitaphe.

Charles landseer, Ecorché, étude de l’épaule, reposant sur une table vers 1805

5 réflexions sur “

  1. Je pense que les inscriptions sur le corps ne témoignent pas seulement d’un vide mais aussi d’une régression au réel rendue nécessaire par une difficulté grandissante à penser, à verbaliser ce qui nous arrive. La phrase inscrite sur la peau vient colmater cette difficulté mais c’est un leurre. Aucune trace, aucun tatouage, aucune
    phrase ne peut nous définir, nous fixer. Seule la parole, toujours réinventer peut parfois y parvenir…

    Aimé par 1 personne

  2. La parole peut se reprendre, s’améliorer, se contredire, se traduire : premier avantage sur le mot écrit, figé et définitif (et bientôt probablement mensonger à mesure que le temps s’écoule).
    La parole s’envole. Second avantage à son avantage : le vent est plus vaste que la peau, la parole marque un monde plus étendu que nos épidermes.
    Bref, je rêve de tatouages évolutifs et furtifs, et visibles seulement à cellceux à qui il s’adresse.
    🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre à Jean-Pierre LACOMBE Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s