Mercredi 10 février

Nous n’avons jamais la vie devant nous.
Elle est à la traîne, accrochée aux basques.
Il faut la tirer, la porter.
C’est elle qui finit en fauteuil roulant, pas nous, pas moi.
Moi j’ai tout mon temps ou plutôt je n’ai pas de temps, pas de passé, pas d’avenir, pas de vie.
« Je » est éternel.
C’est l’autre en soi qui meurt.
C’est « Il »


Paul Gauguin, D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ?, 1897-1898

4 réflexions sur “

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s