Jeudi 18 février

Le percnoptère tournait juste au-dessus de lui.
Il l’avait reconnu à son plumage blanc et à ses rémiges noires, impossible de le confondre avec le gypaète barbu à l’envergure plus grande, aux ailes étroites et anguleuses.
Il sourit, ce serait donc un vautour qui assisterait à son dernier vol.
la voile du parapente frissonnait derrière lui, prête à enfler.
Le percnoptère siffla.
Bien calé dans sa sellette, il s’élança…


Oedipus_and_the_Sphinx_1864
Gustave Moreau, Oedipe et le sphinx, 1864

2 réflexions sur “

Répondre à iotop Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s