Vendredi 19 mars

« …Et, justement, si je m’intéresse à la Chine, et au Japon, par rapport à l’Europe, c’est pour, comme je disais hier à nos amis japonais, provoquer une résistance contre ce qui serait une sorte d’uniformisation de la pensée, une pensée standard vers laquelle on va, je crois, une pensée plate parce que sans plus de tensions, avec des concepts qui seraient des sortes de dénominateurs communs, dans une langue qui serait un anglais standard, pas l’anglais de Shakespeare mais l’anglais américanisé, avec des grandes catégories : objectif/subjectif, etc., qui apparaissent faciliter la communication et qui, me semble-t-il, risquent de stériliser la pensée.
Et je ne voudrais pas que la pensée du vingt-et-unième siècle soit une pensée absolument plate parce qu’uniforme. Comment pense-t-on ? On pense par écarts. On pense par tensions. La pensée, je crois que c’est l’épreuve d’une résistance. C’est ça qui fait qu’on pense : l’épreuve d’une résistance. Sinon on ne pense pas, l’esprit est paresseux.
Et je crains que cette résistance qui relève d’écarts, comme quand on passe par exemple du français au japonais – là il y a de la résistance, de la langue, de la pensée –, progressivement s’estompe et que la pensée dite mondiale s’endorme dans des lieux communs… »

François Jullien


Kishida Ryūsei, 1891-1929. Paysage, 1915



Une réflexion sur “

  1. Intéressant, ce texte…

    Je crois que l’auteur a raison, la pensée a besoin de tensions, de contrastes, de contradictions pour avancer…Sinon, on produit à une pensée sans relief et sans saveur…qui est comme ces repas « tout prêts » qui ont belle apparence mais aucun goût…
    Aller voir du côté de la Chine ou du Japon permettrait donc un « grand écart » avec notre pensée à nous…

    Je connais un peu la pensée chinoise, très mal celle du Japon…
    Mais je crois qu’en effet, les chinois abordent le monde d’une façon radicalement différente, d’une façon qui peut bousculer la nôtre (pensons au « Tao », par exemple, notion qu’un occidental a bien du mal à appréhender…et qui le force à sortir de ses repères habituels…)

    Si l’on regarde autour de nous aujourd’hui, et si l’on écoute ce qui s’y dit…il faut bien avouer qu’on peine à trouver une pensée profonde…
    Ceux qui « pensent penser » ne font, la plupart du temps, qu’émettre des opinions…et tourner en rond dans celles-ci…ce qui est assez triste…
    quand on y pense… 😉

    Aimé par 1 personne

Répondre à La Licorne Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s