Mercredi 14 juillet

« Tout le jour, j’avais échappé à sa traque obstinée.
Mais là, je n’en pouvais plus. En trois bons, le lion fut sur moi.
Il me fit rouler au sol d’un coup de patte et, comme il s’apprêtait à refermer ses crocs sur ma gorge, je lui montrai le soleil qui se couchait derrière les hautes herbes:
– Ce n’est pas plutôt l’heure où vous alle
z boire? »

Eric Chevillard- Mais déjà les fourmis-2021

REMBRANDT, Lion couché, 1650

5 réflexions sur “

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s