Mercredi 16 janvier

« Les événements qui nous arrivent, ceux dans lesquels nous sommes activement impliqués comme ceux auxquels nous assistons passivement n’ont aucun sens en eux-mêmes. Ils n’acquièrent du sens qu’à partir du moment où ils sont « tricotés » par les mailles du langage, que l’on peut les raconter à soi-même et aux autres. »

Roland Gori

 

Il avala les marches quatre à quatre privant ainsi ses poursuivants du moindre appui. Parvenu sur le toit, il n’eut plus qu’à les dévaler jusqu’à la rue.

Il court toujours.

 

duchampmarcel_nudescendantlescalier_small
Marcel Duchamp, Nu descendant l’escalier

Mardi 15 janvier

« L’incertitude de la compréhension permet d’éviter le piège de l’idolâtrie. »

Jacques Derrida

 

Le mal de tête l’avait totalement envahi, il n’était plus que cette barre de métal en fusion qui lui vrillait le front. Ses sinus devenaient des grottes étranges où des dragons morveux crachaient des flammes vertes et bleues, des gouffres sans fin s’ouvraient d’où s’échappaient des halètements étranges, des souffles méphitiques. Il s’approcha du bord d’un abîme et n’eut que le temps de songer à Lovecraft avant d’être submergé d’une horreur sans nom et se réveiller: il n’avait plus de mouchoirs…

 

paolo_uccello_047b
Paolo Ucello, Saint Georges et le Dragon

Vendredi 11 janvier

« Lorsque la sage-femme m’a tendu les ciseaux afin que je coupe le cordon ombilical de ma fille, j’ai sorti de ma poche le discours inaugural que j’avais préparé pour l’occasion, douze feuillets serrés, un superbe morceau de prose, certainement ce que j’ai écrit de meilleur : on ne m’a pas laissé finir! »

Eric Chevillard

 

Ça sonne creux quand il sollicite son vieux crâne, ça raisonne moins bien qu’avant mais ce vide le rend plus drôle, plus léger, plus détaché. Il est prêt à prendre son envol.

 
Il a peint un éléphant en trompe l’œil.

 

the-elephant-celebes-1921
Max Ernst, L’éléphant de Célèbes

Jeudi 10 janvier

« Ce qui distingue la poésie de la parole machinale, c’est que la poésie justement nous réveille, nous secoue en plein milieu du mot. »

Ossip Mandelstam

 

Pourquoi le corps disparaît peu à peu et nous impose sa déchéance, ses rides, sa chute, jusqu’à la transparence et la disparition? Ne pourrait-on pas en finir autrement, le même processus mais en une seule journée. Vieillir en 24 heures, en accéléré, dans une sorte d’acmée sénile, une folle journée où l’on rirait de toutes ses dents le matin et toutes gencives dehors le soir.

J’ai pu me loger dans un espace minuscule entre le siège 82 et le local à bagages. J’ai une carte de réduction de 50%.

 

yue-minjun-untitled-1994_a4
Yue Minjun, L’ombre du fou rire

Mercredi 9 janvier

« Une monstrueuse aberration fait croire aux hommes que le langage est né pour faciliter leurs relations mutuelles. »

Michel Leiris

 

L’écrit dit : lis moi si tu le désires, mais si tu me lis, je te lie.
Notre lien ira de pensée à pensée, mon encre séchera dans tes yeux.

 

cy-twombly-chicago
Cy Twombly

Mardi 8 janvier

« C’est curieux comme tout change sans vous. »

Emmanuel Bove

 

Comment se représenter l’absence de représentation de personnes autistes confrontées à un vide, à un manque qui n’est même pas perçu comme tel. Le cri qui est parfois le leur est celui que l’on pousserait peut-être en tombant dans un abîme sans fond et sans bords.

 

5-sl2011-d-tail_orig
Stéphanie L’Heureux

Lundi 7 janvier

« Certains spectacles m’affligent encore. D’autres, non. Certaines morts. D’autres, non. J’ai l’air d’être au bord du sanglot, mais rien ne vient. Il faut que j’aille chez le régleur de larmes. »

Antoine Volodine – Des anges mineurs

 

Les platanes ont été amputés et tendent leurs moignons sanglants vers le ciel gris qui ne sait que faire sinon, ce matin, les nimber d’un léger brouillard et les transformer ainsi en membres fantômes.

 

1280px-piet_mondrian,_1908-10,_evening;_red_tree_(avond;_de_rode_boom),_oil_on_canvas,_70_x_99_cm,_gemeentemuseum_den_haag
Piet Mondrian, Arbre rouge

Vendredi 4 janvier

« les citations ne sont pas des paravents derrière lesquels se réfugier. Elles sont la formulation d’une pensée qu’on a caressée un jour et que l’on reconnait, exprimée avec bonheur, sous la plume d’un autre. Les citations révèlent l’âme de celui qui les brandit. »

Sylvain Tesson

 

Les patineuses font de petits saluts de la main un peu ridicules et étroits après d’amples mouvements des bras et des envolées majestueuses comme si le retour sur terre les rétractait.

Avoir plus d’un demi-siècle donne une patine, un certain lustre, quelque chose d’historique. On cherche le chiffon à poussières.

 

les_patineurs_jan_van_goyen_lille_3118 (1)
Jan van Goyen, Les patineurs

Jeudi 3 janvier

« Quand j’aurai cent dix ans, je tracerai une ligne et ce sera la vie. »

Hokusaï

 

La fin était proche. Comment le savoir? Le commencement déjà n’était pas clair, peu délimité, une naissance incertaine entre deux projets avortés. Il avait pensé à une préface, quelque chose d’avant la découverte, d’avant le visage. Il s’était rabattu sur une citation comme tout le monde. La citation sonnait faux, elle était péremptoire, annonciatrice de notions plus ou moins philosophiques qu’il était incapable de développer.

Il écrivit simplement:  » La fin était proche. » Il tenait sa première phrase, elle avait un énorme avantage, elle était proche de la fin.

 

self-portrait-in-the-age-of-an-old-man
Hokusai, Autoportrait

Mercredi 2 janvier

« Si Zhongwen joue du luth, il y a avènement et perte. Si Zhongwen ne joue pas du luth, il n’y a ni avènement ni perte. »

Anonyme chinois

 

Pisser dans un violon est censé vouloir dire faire quelque chose en vain. Or, un luthier m’a affirmé que c’était très efficace et que le son s’en trouvait considérablement modifié ainsi que la qualité du bois, quasi irrécupérable après seulement quelques mictions.

 

51328
Pieter Claez, Vanité avec violon et bille de verre