Samedi 11 janvier

« En attendant, reste la désertion. Longtemps, je me suis demandé si le régime de servitude aujourd’hui en passe d’induire tout lien social était vécu consciemment ou non. Difficile de décider. Mais l’important est plutôt de savoir qui s’y soumet ou non. Innombrables sont les chemins de traverse pour y échapper, quand on veut bien prendre le risque de ne pas se tenir du côté des vainqueurs. Mieux, de s’en tenir au plus loin. »

Annie Lebrun

 

Il est très rigide, il a une conception carrée du monde qui l’encercle. Du reste, son visage d’angle et son sourire en coin ne trompent personne.

 

Juan_Gris_-_Portrait_of_Pablo_Picasso_-_Google_Art_Project
Juan Gris, Portrait de Pablo Picasso

Vendredi 10 janvier

« La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader. Un système d’esclavage où grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude. »

Aldous Huxley, le meilleur des mondes

 

Il ne se souvient pas de sa chute, elle est tombée dans l’oubli. Ce moment où les jambes cèdent, où le sol appelle, a été effacé.
Il est redevenu enfant instable; en quelques secondes, il est passé de la chute promesse de marche à la chute qui propose la tombe.

 

1280px-Pieter_Bruegel_the_Elder_-_The_Fall_of_the_Rebel_Angels_-_Google_Art_Project
Pieter Bruegel l’Ancien, La Chute des Anges Rebelles

Jeudi 9 janvier

 » Il y a en l’homme une préférence pour la servitude volontaire, parce que la servitude est confortable et qu’elle rend irresponsable. « 

Étienne de La Boétie, Discours de la servitude volontaire

 

Elles sont trois autour de la table ronde. Trois, la tête penchée ou plutôt abandonnée, pendue au bout de leur cou. Elles somnolent. trois visages également ridés, également vieux. trois têtes du même blanc, les trois grâces en hiver. Trio hors d’âge, elles semblent s’entraîner pour le grand sommeil qui les attend.

 

Three_Graces
Raphaël, Les trois Grâces

Mercredi 8 janvier

« Ayant appris la vie dans les livres, je n’ai pu que constater ensuite combien la réalité était bourrée d’erreurs grossières. »

Eric Chevillard

 

Avec l’âge, le monde finit par s’effriter, se brouiller, se flouter, fatigué de nous apparaître toujours le même.
Ce n’est pas que nous voyons moins bien, c’est le décor qui se fane.

 

turner_thames1_waterloo
Turner, The Thames above Waterloo Bridge (détail)

Dimanche 5 janvier

L’inspiration ne me souffle rien. Je suis en apnée, attendant de remonter à la surface où m’attend un ours blanc qui, d’un coup de patte, m’étendra sur la page blanche.

 

OLIVIER-MERIJON-2009-N°-1423-photographie-Claude-Gaspari-_OM-768x767
Olivier Mérijon, White

Samedi 4 janvier

“Nous vivons une époque où l’on se figure qu’on pense dès qu’on emploie un mot nouveau.”

Alexandre Vialatte

 

Les publicités ne nous épargnent rien de la vie intérieure de nos contemporains. Vie riche en guerres intestinales, en fuites, débâcles et autres mictions trop possibles. Il est vrai que la panse et ses dépendances sont plus à la mode que la pensée.

 

JS nach Bosch(?), Die Hoelle, Det. - JS after Bosch (?) / Hell / detail -
Jérôme Bosch, Le Jardin des délices, détail

Vendredi 3 janvier

« La parole, c’est la pensée, c’est aussi le social et, à partir du moment où on la détruit, où l’on envoie une boule de bowling dans le jeu de quilles des mots, on détruit le jeu social, les apparences, on casse cette comédie humaine : c’est le rôle de l’humour, qui est un peu l’arme des désespérés. »

Jean Fauque

 

Rivière s’ennuie
Et tresse le fil de l’eau
Qui devient torrent

 

Study_for_the_Head_of_Leda
Léonard de Vinci, dessin préparatoire pour Léda et le cygne

Jeudi 2 janvier

« Les peintres sont bien sots de rétribuer des modèles pour leurs Déjeuners sur l’herbe alors qu’il y a des vaches partout dans les prairies. »

Eric Chevillard

 

Je ne peux jamais écrire plus de six à sept phrases d’affilée, un peu comme une vache à la traite qui donne toujours la même quantité de lait.

J’ai toujours eu une haute opinion de mon insignifiance.

 

Louis-Eugene-Boudin-2
Eugène Boudin, Vaches

Mercredi 1er janvier 2020

J’avais envie d’écrire des vœux lumineux, mais l’obscurité de mes pensées était telle que je décidais d’aller y voir de plus prés.
Il me suffisait de passer derrière les paupières et de parcourir mon cerveau.
Je commençais ma tournée par l’hypothalamus, le thalamus puis l’hypophyse, rien de particulier. Un détour par l’hippocampe ne m’apprit rien de plus. Après avoir ainsi enrichi mon orthographe, je finis par dénicher le coupable, le locus niger bien sûr, la substance noire de mes pensées, le coté obscur de mes forces.
Comment éclairer mon esprit et écrire un peu plus léger?
Il est vrai que toute obscurité appelle la lumière, que le jour attend la nuit pour rêver et que la nuit espère le jour pour exister.
Je débouchais enfin sur une substance blanche qui m’évoqua la neige de janvier. Mes pensées s’y reflétaient de façon éclatante et je sus que j’avais trouvé le locus albus de mon cerveau.

Puis 2020 vint…

mesnager-panneau-2018-ronde-101x70cm-01
Jérôme Mesnager, Ronde

Mardi 31 décembre

« Mais vous savez bien que rien ici-bas ne peut prétendre à l’existence tant que ça n’a pas reçu de nom. »

Nathalie Sarraute

 

Et 2020 attend minuit pour naître grosse de ses deux Oeufs chargés de promesses…

 

a2b287a26087fb7d8b4460bc848bcddd
Bernard Buffet, Homme à l’oeuf au plat