Mardi 5 décembre

Fasciné par l’entière disponibilité corporelle, musculaire des animaux. Le chat, ce matin, patte suspendue dans l’air, un mouvement arrété, plein de tous les mouvements possibles dans toutes les directions avec un relâchement total parce que entièrement logé dans ce mouvement. Il n’est que corps. Aucune conscience de son attitude, aucune pensée ne parasitent la perfection du lancer de patte à venir.

 

Les tours jumelles de la centrale nucléaire vapotent leur fumée blanche, indifférentes à la crainte diffuse qu’elles inspirent.

 

Jean Cocteau

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s